«

»

Juin 07

LANCEMENT DU 40ème ANNIVERSAIRE TEXTE LIMINAIRE DE LA CONFERENCE DE PRESSE

Présenté par Dr Amadou DIAOUNE, Secrétaire général national Dakar le 08 avril 2016

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les journalistes,

Merci d’avoir distrait une partie de votre temps pour répondre à l’invitation du Sudes. Si nous vous en savons particulièrement gré, c’est que ce moment est pour nous singulièrement important.

Important en raison du contexte, c’est-à-dire des problèmes auxquels le secteur de l’éducation est confronté dans notre pays, mais important aussi parce que notre organisation syndicale – le Sudes – a quarante ans ! Quarante années de vie militante, quarante ans de construction nationale, quarante ans de défense des libertés et de la démocratie, quarante ans de lutte pour la dignité de l’enseignant et du travailleur en général ! C’est pourquoi, cette année anniversaire particulière sera célébrée sur le thème de : « SUDES 40 ans : la maturité syndicale au service de l’École, de l’Université et des Enseignants »

Mesdames, Messieurs et chers camarades, un regard lucide sur le chemin parcouru et les obstacles vaincus nous fait éprouver un légitime sentiment de fierté. Nous sommes fiers des conquêtes réalisées, des droits reconnus, des obstacles franchis !

En l’occurrence, le Sudes invite les sénégalaises et sénégalais à faire œuvre de mémoire. Ensemble, souvenons-nous du trésor d’ingéniosité, de détermination, de sacrifices qu’il a fallu consentir pour, à partir du champ syndical, démocratiser l’espace public, engranger des acquis significatifs pour les enseignants tout en essayant de préserver, au mieux, une Ecole publique, au profit du grand nombre.

Bien entendu, tout cela ne s’est pas fait sans douleur. Des pionniers du Sudes ont payé au prix fort le simple droit de réunion dans leur lieu de travail !

Certains d’entre eux ont dû faire la prison, quand ils ne se voyaient pas suspendus de leur fonction d’enseignant ou encore affectés en pleine année scolaire dans les profondeurs du pays. Des zones considérées alors comme purgatoire.

Mais parce qu’ils ont tenu bon, parce qu’ils n’ont pas failli, parce qu’ils étaient sur des positions justes, nous avons, avec eux, pu faire les conquêtes que révèlent entre autres, le bulletin de salaire de l’enseignant sénégalais, la gestion démocratique du personnel etc. C’est le lieu et le moment solennel de rendre une fois de plus, un vibrant hommage à nos illustres ainés dont certains nous ont quitté qui par leur engagement militant inébranlable, leur foi dans le syndicalisme et les sacrifices consentis, ont rendu possible ces conquêtes pour les libertés syndicales, pour le bien être et la dignité de l’enseignant.

Tout juste faut-il regretter que beaucoup d’entre les enseignants qui aujourd’hui jouissent des fruits de cette lutte âpre, soient dans l’ignorance quasi totale de tout ce qu’il a fallu investir pour qu’ils en soient, malgré tout, au niveau où ils en sont.

De même, il faut aussi regretter la décrédibilisation de l’action syndicale, l’extraordinaire émiettement des forces tout comme le déficit d’idéal qui, de manière aussi flagrante, travaille le champ syndical.

Pour dire que le Sudes a bel et bien conscience de l’énormité du champ du « à  faire » ! En effet, en dépit de ses coopératives d’habitat par lesquelles il a réussi à doter plus d’un millier de ses membres de toit ou de parcelle à usage d’habitation, en dépit de sa mutuelle de santé aux performances reconnues, en dépit de ses sièges fonctionnels à Dakar, Tambacounda et ailleurs, le Sudes souffre du sort de l’Ecole, du discrédit de l’enseignant, du cycle infernal de crises récurrentes dans le secteur de l’Eduction ! Le Sudes a mal de constater qu’en dépit des discours, dans le Gouvernement tous n’érigent pas l’Ecole en priorité majeure. Le Sudes souffre de constater que beaucoup de jeunes sénégalais aujourd’hui ne pensent pas que la réussite scolaire soit un passage obligé pour la réussite sociale et l’épanouissement individuel.

Or, qu’il en soit ainsi au 21e siècle – un siècle où plus que par le passé le savoir va faire la différence entre les Nations – devrait inquiéter, par delà les enseignants et les décideurs, tous ceux attachés à l’intérêt national.

Pour cette raison et bien d’autres, le Sudes a décidé de célébrer son 40ème anniversaire sous le sceau du savoir à restaurer, de la science à conquérir, de l’éducation à repenser de la profession enseignante à revaloriser sur tous les plans. Nous avons décidé de continuer battre campagne pour l’Ecole, d’aller à la rencontre de nos compatriotes pour célébrer le savoir, pour avec eux, convaincre notre jeunesse que, quoique le chemin qui mène à l’Ecole soit rude, arpenté, qu’il faut pourtant le prendre résolument, en rangs serrés et avec enthousiasme, pour hisser notre cher pays au firmament des nations !

C’est dans une telle perspective, qu’il a été conçu et élaboré le programme de célébration du 40e anniversaire étalé dans l’espace et le temps tout au long de l’année 2016. Celui-ci s’articule sur les activités suivantes :