«

Avr 01

lettre ouverte au PM

Lettre ouverte du Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES) au Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne

Syndicat Unitaire et Démocratique
des Enseignants du Sénégal (SUDES)

A Monsieur Mahammed Boun Abdallah Dionne
Premier Ministre de la République du Sénégal

Objet : Impératif et propositions de sortie de crise

Monsieur le Premier Ministre,
Le Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES) n’est certes pas un syndicat dit représentatif à l’issue des premières élections professionnelles, néanmoins, nous considérons que ce statut ne nous ôte pas nos responsabilités vis-à-vis de l’Ecole et de l’Université publiques et bien sûr de la profession enseignante. Ce, conformément aux orientations stratégiques de notre syndicat, confortées par une expérience de plus 40 ans de lutte au service de l’Ecole et des enseignants.
C’est pourquoi, à ce stade de la crise aiguë dans laquelle est engluée l’Ecole publique depuis décembre 2017, il nous a paru opportun de vous écrire pour d’abord souligner l’impératif absolu de trouver des solutions de sortie de crise avant la fin des vacances scolaires en cours, parce que la validité pédagogique de l’année scolaire en dépend vitalement ensuite pour formuler des propositions dans ce sens.

Monsieur le Premier Ministre, l’heure est assurément grave !

En effet, un grand nombre d’établissements, du primaire au secondaire, n’ont pas encore fait les compositions du premier semestre. Alors qu’il y a exactement une quarantaine de jours ouvrables dans les deux mois à venir (avril et mai) et qu’au mois de juin il y aura sans aucun doute, des perturbations dans le déroulement des enseignements à cause de la coupe du monde de football dans laquelle notre équipe nationale est partie prenante.

En conséquence, même dans l’hypothèse optimiste d’un règlement de la crise avant la fin des fêtes, le réaménagement du reste de l’année scolaire sera d’une grande complexité. Dans le cas contraire, c’est le risque d’une invalidation de l’année scolaire pour les élèves du secteur public d’éducation, à moins de s’en tenir à des solutions de bricolage qui discréditeraient davantage les enseignements et les diplômes délivrés à cet effet.

C’est pourquoi, prenant acte avec intérêt des rencontres hebdomadaires sous votre présidence, avec le Groupe des six syndicats représentatifs, pour un monitoring plus rigoureux en vue de la mise en œuvre d’importants points d’accord qui restent à parachever, le SUDES exhorte le Gouvernement à faire des efforts supplémentaires sur la question de l’indemnité de logement. Une augmentation substantielle par tranches à paiement différé dans le temps, articulées à la définition de modalités pratiques de mise en œuvre des autres points d’accords et à la fixation d’une date pour l’ouverture de négociations sur la révision du système indemnitaire et de rémunération dans la fonction publique, constitueront des solutions de fond pour une paix sociale durable dans le secteur public d’éducation.

Celle-ci pourrait être consolidée par la négociation et la signature d’un pacte de stabilité de 3 à 5 ans dans les délais raisonnables, à la suite d’actes concrets de restauration de la confiance à toujours raffermir.

En effet, pour le SUDES, il importe de créer les conditions nécessaires pour réaliser avec succès les réformes en profondeur pour la refondation du système éducatif telle que préconisées par les concertations nationales sur l’éducation en 2013 et 2014 (CNAES et Assises de l’éducation) et conformément aux objectifs de l’ODD4.

Le SUDES considère que la réussite de cette réforme éducative fondamentale mérite tous les sacrifices pour une nation ambitieuse et soucieuse de son avenir.

Espérant que notre correspondance soit susceptible d’apporter une contribution à la sortie d’une crise désastreuse pour l’Ecole publique, nous vous prions de croire, monsieur le Premier Ministre, à l’assurance de notre considération distinguée.

P. Le Secrétariat Exécutif National Unitaire
Le Secrétaire général national
Dr AMADOU DIAOUNE